logo adf

Nombre de visites sur cette page

chiffre jpgchiffre jpgchiffre jpgchiffre jpgchiffre jpgchiffre jpgchiffre jpg

logo bandeau/06_bandeau.png

ÉtÉ 2012 en Écosse

Situation au

18/02/2019

   

Ecosse, entre terre et mer


Nous savions en posant nos roues sur le sol écossais que nous aurions à composer avec la pluie et avec les midges, ces petites mouches qui piquent toutes les peaux passant à leur portée. Aussi avions-nous emporté pour nous protéger vestes et pantalons respirants et néanmoins imperméables, guêtres de pluie, voilette de protection pour nos têtes et répulsif à la composition inquiétante. Evidemment tout ceci alourdit les sacoches, mais raisonnablement pour autant que les cataractes du ciel ne pénètrent pas par effraction dans les fontes…

fichier 0190_IMG_0035_A_Glasgow_avec_Davy_et_Isabelle-0.jpg

A Glasgow avec Davy et Isabelle


Isabelle et Davy nous accueillent dans leur petit pavillon de la banlieue ouvrière de Glasgow. Nous les avons connus par l’intermédiaire de Warmshowers, réseau mondial de cyclistes qui accueillent d’autres cyclistes, auquel nous appartenons. Ils nous font visiter leur ville à la vie culturelle bien affirmée mais au moral atteint par la rétrogradation pour faillite de leur club de football emblématique, les Glasgow Rangers. Davy n’en est guère affecté puisqu’il est supporteur du club de banlieue de Kilmarnock !

Nous passons trois belles journées en leur compagnie. Cerise sur le muffin ils surveilleront notre voiture garée devant chez eux pendant notre périple d’un mois.

Le lundi 25 juin nous nous élançons pour la première étape du tour d’Ecosse que nous avons planifié. Le soleil est présent et la piste cyclable qui longe la Clyde nous conduit aisément hors de l’agglomération.

Nous roulons évidemment à gauche dès que nous rejoignons la route qui suit les rives des lochs Gare et Long.

Quelques pauses café (nous y avalons avec délectation le très peu britannique cafe latte) nous permettent d’atteindre dans l’après-midi le village d’Ardgartan. Nous montons la tente près de l’eau, à la lisière d’un petit bois.

Après une courte balade à pied dans les environs nous constatons que notre campement est littéralement colonisé par les midges. Branle-bas de combat: nous enfilons vêtements longs et voilette et pulvérisons dans toutes les directions. Las, la lutte est inégale. Les horribles insectes s’insinuent dans la tente, dans les manches, sous la voilette, jusqu’au plus profond des narines… et piquent, piquent... Je vous fais grâce des détails horribles de la sortie nocturne que notre grand âge nous impose...

Au petit matin les assaillantes sont encore là et nous devons transporter réchaud et tartines à plus d’une centaine de yards pour leur échapper. En repliant la tente nous écrasons les centaines de petites bestioles que nous n’avons pas pu expulser et dont les cadavres sont désormais les éternels témoins des furieux combats qui s’y sont déroulés, la fameuse bataille d’Ardgartan.

Au programme de la matinée un col dûment répertorié qui nous propulse par une montée de 5 kilomètres… à 262 mètres d’altitude. Son nom : Rest and be thankful, ce qui signifie : « Repose-toi et sois reconnaissant ». Nous nous exécutons et rendons grâce à monsieur Shimano qui nous permet de vaincre de telles difficultés avec le sourire.

fichier 0260_IMG_0090_Pomme_sous_la_douche_ecossaise-0.jpg

Pomme sous la douche écossaise

fichier 0280_IMG_0083_Chateau_Invergary-0.jpg

Château d'Invergary


Plus loin sur les rives du loch Fyne se dresse le château d’Invergary, notre premier château écossais. La visite s’impose. En ressortant la pluie nous pousse à rechercher un abri en dur pour la nuit : nous investissons un Bed and Breaktast (B&B), l’équivalent de nos chambres d’hôtes. De la fenêtre nous pouvons contempler la pluie s’abattre sur la mer, sur les toits, sur les parapluies, sur les voitures et dégouliner sur les vitres. Nous apprécions être à l’abri des eaux et des midges; nous nous promettons d’user plus largement de ce mode d’hébergement ma foi raisonnablement confortable, quoiqu’il en coûte à nos bien modestes pensions...

Le lendemain il pleut encore. Pas un minable crachin londonien genre brumisateur, non, une vraie pluie qui mouille rien que de la regarder tomber. Comme nous nous étions promis de rouler par n’importe quel temps nous partons, bien à l’abri sous notre efficace équipement.

Un col plus loin le loch Ewe et les ruines du château de Kilchum surgissent de la brume. Nous nous arrêtons pour la nuit à Connel où un grand pont métallique enjambe le loch Etive. A l’issue d’une rapide et constructive concertation, nous décidons sous l’averse de privilégier désormais le repos et le confort de nos vieux os en boudant pluie et midges par la fréquentation régulière des B&B et autres lieux abrités. Nous investissons donc une demeure cossue plantée juste devant le pont. Luxe, calme et volupté… Le petit-déjeuner qu’on nous y prépare nous permettra sûrement de lutter contre les ondées et la fraîcheur de la journée: jus d’orange, café au lait, haricots à la tomate, œufs au plat, bacon, pains divers et saumon fumé. En d’autres occasions et lieux un tel menu aurait suffi à nous combler pour une semaine entière… Mais il nous faut bien repartir. Près du château de Barcaldine une  coffee shop nous ouvre ses portes. Outre le désormais traditionnel cafe latte (nous vous avons prévenus, nous en consommons souvent), nous y croisons un groupe de cyclistes au repos sur leur itinéraire les conduisant de John O’Groats au nord de l’Ecosse, jusqu’à Lands End au bout de la Cornouaille, pour une traversée intégrale de la Grande-Bretagne. Une sacrée diagonale! Ils roulent léger, merci à la voiture suiveuse, et court vêtus sous la pluie.

Les fantaisies champêtres d’une piste cyclable distraite nous ralentissent à peine si bien que nous atteignons assez tôt dans l’après-midi Fort William, la capitale britannique des sports de plein air comme le vantent les dépliants: VTT, randonnée pédestre, kayak de mer, voile, escalade y sont assidûment pratiqués. Nous prenons nos quartiers pour trois nuits dans les hauts de la ville, guettant vainement une éclaircie qui nous autoriserait à fouler le sommet du Ben Nevis (1344 mètres), le plus haut des Iles Britanniques. Nous nous consolons en visitant le musée des Highlands et en allant rendre visite en bateau à une colonie de phoques en vacances dans le fjord.

Pour atteindre notre prochaine cible, l’île de Skye, il nous faut suivre la route A 830 que longe jusqu’à Mallaig la voie ferrée où roule le Jacobite, train à vapeur bondé de touristes. L’attrait de Pomme pour les tortillards ne la persuade pas d’y monter: une bonne étape à vélo sous l’imper est bien plus attrayante!

fichier 0360_IMG_0109_Le_train_a_vapeur_de_Fort_William-0.jpg

Le train à vapeur de Fort William


Le lendemain matin un ferry nous dépose sur l’île à Armadale. La pluie ne nous y suit pas, écoeurée par notre train d’enfer. Nous ne la retrouverons que quatre jours plus tard en quittant Skye.

Plutôt que de trimballer tout notre fourniment nous nous posons à Portree, petite capitale insulaire, et rayonnons vers le château de Dunvegan, le port de Uig ou les rochers de Storr. Nous empruntons parfois des routes si étroites que nous pouvons à peine rouler de front, des rampes si terribles que nous croyons escalader le ciel. Nous longeons des falaises vertigineuses, surplombons des côtes sauvages et distinguons dans les lointains les îles Hébrides où vivent de rudes communautés d’insulaires.

fichier 0480_20120815_52_Portree-0.jpg

Portree


A Portree les maisons colorées du front de mer abritent quelques restaurants pris d’assaut par les touristes en fin d’après-midi. Il faut godiller pour gagner son moules-frites ou son fish and ships. Nous y découvrons aussi le fameux haggis, la délicieuse panse de brebis farcie, l’emblématique plat national écossais. This is Scotland!

L’épais brouillard qui règne sur la lande lorsque nous rejoignons le continent par le moderne pont de Kyle of Lochalsh nous impose l’allumage des lampes.

Dans le petit hameau d’Autertyre nous logeons chez Madge. Elle et son mari, d’un âge bien avancé, fument comme des pompiers du siècle dernier. Leur intérieur est imprégné d’une tenace odeur de cigarette dont nous avons perdu depuis longtemps la fréquentation. Mais c’est la pestilence ou les midges…

fichier 0580_20120815_128_Chateau_Eileen_Donan-0.jpg

Château d'Eileen Donan


A peu de kilomètres se dresse le magnifique château d’Eileen Donan, probablement le plus photographié d’Ecosse. Bâti sur une petite île, il est relié à la terre par un pont de pierre aux arches élégantes. Quelques scènes du film Highlander y ont été tournées. La visite terminée un soudain orage nous contraint à nous abriter une bonne demi-heure dans la petite épicerie du village de Dornie. Nous profitons d’une courte accalmie pour rentrer au bercail presque secs.

Le lendemain matin la brave Madge nous prépare de succulents sandwiches au bacon et au cheddar. Il nous faut en effet faire le plein d’énergie pour affronter les rampes qui nous mènent sur les rives du loch Carron, et aussi le solide vent d’est qui s’est installé tout en chassant la pluie. L’étape du jour nous fait en effet traverser le nord de l’Ecosse d’ouest en est, de l’Océan Atlantique à la Mer du Nord.

Après une bonne partie de manivelles nous passons la nuit dans le B&B The Old Manse, le vieux manoir. Epaisse moquette et lit douillet, thé et butter cakes...

La route du lendemain est assez courte jusqu’à Inverness (terme de l’Eurodiagonale Brest-Inverness), la capitale des Highlands: tout au plus quelques dizaines de kilomètres. Mais quelle saucée! Lorsque nous nous élevons pour franchir le pont de Morray à l’entrée de la ville, le plafond est si bas que nous craignons de nous y fracasser. Les hallebardes ne semblent pourtant pas troubler la jeunesse de la ville en ce samedi d’été mouillé: les couples déambulent comme ils le feraient à Ibiza, short et débardeur pour les filles, simple maillot pour les garçons. Quelle santé!

fichier 0680_IMG_0248_Arrivee_humide_Inverness-0.jpg

Arrivée humide à Inverness


Nous faisons l’expérience d’un restaurant associatif dont les membres travaillent à tour de rôle 4 heures par semaine au service ou à la plonge. Seul le chef cuistot est salarié. Ambiance chaleureuse et cuisine goûteuse y font bon ménage. Pomme s’est délectée de fruits de mer et moi d’une bonne tranche de bœuf des Highlands. Nous nous remémorons avec nostalgie la soupe au vieux mouton du Pamir tadjik...

Lorsque nous longeons le fameux Loch Ness le temps s’est remis au gris sec. Une rangée d’arbres nous dissimule trop souvent le lac et son monstre. Quant au château d’Urquhart, planté au bord des eaux, nous ne le verrons que de loin, protégé qu’il est du regard des touristes par une haie plantée tout exprès : il faut payer pour s’en approcher et emprunter un souterrain depuis le parc de stationnement. L’Ecossais n’est pas prêteur!

fichier 0780_20120815_155_Chateau_Urquart-0.jpg

Château d'Urquart


Nous suivons la faille du Great Glen le long des lochs et du canal calédonien jusqu’à bifurquer vers l’est en direction de Laggan puis de Pitlochry. Changer de vallée ne s’annonce pas anodin, un panneau judicieusement placé au pied de l’ascension du col de Drumochter nous prévient: de brusques changements de temps peuvent s’y produire, même en été, et il est conseillé de ne pas s’y aventurer sans provisions ni équipement adéquat. Il faut dire que cet épouvantail culmine à 462 mètres! Une piste cyclable réduite par endroits à une simple sente nous permet de cheminer à l’écart de la grand-route. Une voie ferrée parallèle est empruntée par de modernes convois aux couleurs vives qui ne manquent pas de nous saluer bruyamment. La descente s’effectue sous des trombes d’eau qui nous font apprécier l’étape dans une belle demeure victorienne de Pitlochry.

fichier 0880_IMG_0323_Panneau_de_col-0.jpg

Panneau de col...


A quelques kilomètres se dresse le château de Blair Atholl, massive construction aux murs immaculés dont nous visitons les 30 pièces ouvertes au public. Y est cantonnée l’unique armée privée de Grande-Bretagne, les Atholl Highlanders.

Le retour sur Glasgow s’effectue en longeant le Loch Tay puis en traversant les Trossacks, région accidentée recouverte de magnifiques forêts de feuillus. L’averse n’y est pas rare… A Dumbarton nous retrouvons la Clyde en même temps que l’aide d’un généreux vent d’ouest qui nous avait freinés toute la matinée. La banlieue de Glasgow est déserte en ce dernier dimanche de juillet humide et venté

fichier 0980_IMG_0337_Pomme_souriante_sous_la_pluie-0.jpg

Pomme souriante sous la pluie


La maison de Davy et Isa est bien là où nous pensions la retrouver, tout près du parc Victoria.

Nous mettons à profit les trois journées qui nous restent avant notre départ vers l’Irlande pour rejoindre Edinbourg en train et arpenter la plus belle ville d’Ecosse, mettre nos pas dans ceux de la reine d’Angleterre qui y possède une royale et somptueuse résidence et nous asseoir dans les fauteuils du très moderne parlement écossais avec la tranquillité de ceux qui ont accompli leur contrat.

Au final notre voyage a duré 28 jours dont 20 jours sur la route et sur ces 20 jours nous en avons connu 15 avec de la pluie : test concluant pour notre matériel anti-pluie, nous qui avons surtout roulé dans des contrées sèches voire arides ces dernières années.

Il paraît que l’Ecosse n’avait pas été arrosée de la sorte depuis 30 ans. Il paraît aussi que les visiteurs du mois d’août ont connu une Ecosse rayonnante sous un soleil retrouvé… Ayant beaucoup apprécié l’hospitalité d’Isa et Davy, nous avons promis de les accueillir l’été 2013 dans nos Alpes ensoleillées, peut-être à l’occasion du passage du Tour dont ils sont d’ inconditionnels supporteurs.







Annie et Alain Charrière