logo adf

Nombre de visites sur cette page

chiffre jpgchiffre jpgchiffre jpgchiffre jpgchiffre jpgchiffre jpgchiffre jpg

logo bandeau/06_bandeau.png

Le Pommistan (Ouzbékistan)

Situation au

19/11/2019

   



Dimanche 19 Juin 2011

Nous sommes partis de Tachkent le mercredi 15 juin au petit jour, non sans avoir bénéficié du solide petit-déjeuner de la pension Gulnara. Après 11 kilomètres nous sommes sortis de la ville pour emprunter l'ancienne route vers Samarcande. Nous avons immédiatement retrouvé l'accueil ouzbek, les grands saluts et les larges sourires.
La chaleur s'est vite imposée et nous avons dû acheter des litres et des litres de boissons variées vendues en bord de route. Du thé parfumé de préférence car il a bon gout froid ou chaud! Après 70 kilomètres, nous avons aperçu un hôtel qui nous a accueillis pour la nuit (et la fin d'après-midi car il était 15 heures). La chambre avec salle de bains était correcte. Une équipe de tournage ouzbeke partageait les lieux avec nous. Malgré la difficulté pour communiquer les échanges furent chaleureux. Après le repas du soir (plov) le personnel de l'hôtel nous a offert un second repas qui s'est prolonge tard dans la nuit dans une ambiance amicale.
Pour la seconde étape nous avons pris la route au lever du jour pour rouler 135 kilomètres de plat sous une chaleur torride. Heureusement le soir dans la ville de Jizzax nous avons été reçus par un accueil réfrigérant dans la gastinitsa locale, vieil hôtel soviétique en état de délabrement avancé.
La troisième étape s'est déroulée sans souci, 99 kilomètres de bonne route, d'abord accidentée puis plate jusqu'aux abords de Samarcande, mais toujours aussi chaude.
L'accueil à la guesthouse Bahodir que nous avions fréquentée en 2006 est toujours aussi sympathique: collation de bienvenue, chambre confortable, rencontres avec d'autres cyclistes, repas du soir copieux à 2 euros... Nous récupérons, visitons Samarcande et ses merveilles architecturales en n'hésitant pas cette fois-ci à payer les entrées dans les medersas ou mosquées (2 euros). La ville a cependant bien changé depuis notre dernier passage et perdu un peu de son authenticité au profit de nouveaux bâtiments commerciaux et de jardins bien au carré...
Nous pensons reprendre la route mardi par un nouvel itinéraire puisque le passage au Tadjikistan par Pendjikent est ferme. Ce sera par la route du sud: Samarcande, Chakhrizabs, Boysun, Denau et Dushanbe. Nous restons donc 3 ou 4 jours de plus en Ouzbekistan.

Nous reprenons les vélos demain matin vers le sud de l'Ouzbekistan, en direction du Tadjikistan que nous devrions atteindre dans une semaine environ: tout dépend du relief, de la chaleur, du kilométrage pas toujours facile à évaluer sur les cartes.
Nous allons rouler en compagnie d'un jeune couple de Hollandais qui roulent depuis 6 mois: Trudie, 55 ans et Dick, 52 ans. Ce couple nous a demandé si nous pouvions pédaler ensemble jusqu'à Dushanbe.
Nous espérons avoir moins chaud en prenant petit à petit de l altitude... Nous vous raconterons tout ça.
Pas de nouvelles avant Dushanbe dans une semaine environ.

fichier 20110619_1558_001IMG_1387-0.jpg

Les vélos prêts à reprendre du service dans la cour de Gulnara Guesthouse à Tachkent...

fichier 20110619_1558_002IMG_1407-0.jpg

La route est plate, écrasée de chaleur (39 degrés)

fichier 20110619_1558_003IMG_1401-0.jpg

La soirée à l'hôtel de Chinoz avec le personnel de service: moment imprévu et magique des le premier jour de route.

fichier 20110619_1558_004IMG_1408-0.jpg

La pose méridienne permet aussi de faire de sympathiques rencontres.


Lundi 27 Juin 2011

Après Samarcande, la route nous conduit vers le sud de l'Ouzbékistan, grosse chaleur et paysages désertiques, quelques cols comme celui de Taxtakaracha qui est plus facile à prononcer qu'à escalader (1800 mètres) ou celui de Timur Gate (1500 mètres).
Nous faisons étape à Shakhrisabz dans une guesthouse, à Karashina dans un bel hôtel tout neuf, à Boysun dans un épouvantable vieil hôtel soviétique, à Denau dans le demi-luxe de l'hôtel Euroasia. Il est désormais pratiquement impossible de loger chez l'habitant en Ouzbékistan à cause des contrôles de police.
Nous plongeons alors dans la riche vallée du Surkhandaria parsemée de vergers et de champs de coton en direction de Dushanbe la capitale du Tadjikistan.
Le passage de la frontière est baclé en deux heures et un bon vent d'ouest nous pousse vers la ville, le paysage noyé dans une tempête de poussière qui nous blanchit entièrement.
Quatre jours de repos à Dushanbe nous permettront de récupérer des cinq jours de pédalage intense sous la chaleur dans les montagnes désertiques et pelées.
Nos amis hollandais doivent filer plus vite: ils n'ont qu'un mois de visa tadjik contre deux pour nous.
Nous sommes logés par une famille tadjike ici à Dushanbe, assez près du centre-ville.

fichier 20110627_1900_000IMG_1434-0.jpg

Notre petite caravane dans le col de Taxtakaracha.

fichier 20110627_1900_000IMG_1457-0.jpg

Rencontre entre Shakrisabz et Guzor.

fichier 20110627_1900_000IMG_1473-0.jpg

Dans l'ascension du col de Temir Gate.

fichier 20110627_1900_000IMG_1490-0.jpg

Entre Boysun et Dushanbe.

fichier 20110627_1900_000IMG_1500-0.jpg

Arrivée à Dushanbe.



NOS MACHINES